Erasme, l’humaniste européen

Par Pierre Robert Cloet - 28/05/2010

Erasme, l’humaniste européen

L’association du nom de Didier Erasme à l’idée d’échange entre les pays de la Communauté Européenne rend hommage à un inlassable défenseur des libertés, militant sans relâche pour la paix.
« L’homme ne nait pas homme, il le devient » : association évidente de son nom avec l’éducation.

Auteur de nombreux ouvrages théologiques, philosophiques et éducatifs, il correspond inlassablement avec ses amis dans les quatre coins de l’Europe, créant un véritable contre pouvoir intellectuel face aux deux forces dominantes qui contrôlaient le monde : le pouvoir temporel et le pouvoir spirituel.

Il écrit à l’attention de son ami Thomas More, chancelier de Henry VIII et comme lui humaniste, son ouvrage le plus connu, L’Eloge de la Folie en 1511. Il y fustige les abus et déviations de tout ordre et fait l’apologie de la paix et de la concorde universelle. Insoumis, libre, sa tolérance et son esprit d’ouverture et de dialogue ont été mis à mal par les fanatismes politiques et religieux du XVIème siècle débutant.

 Pour autant, ce premier européen dans l’âme et dans l’esprit a semé la graine qui de Montaigne à Zweig, en passant par Diderot, Voltaire, Tolstoï et Romain Rolland, a permis aux bâtisseurs d’aller contre vents et marées créer des espaces et des structures permettant à l’homme de s’épanouir aux contact des autres.

Dans la foulée du nouveau programme étudiant, le Parlement européen se penche activement sur un Erasmus des élus locaux et régionaux pour intensifier le partage des savoir-faire, expériences et bonnes pratiques.

La « Folie » d’Erasme a de beaux jours devant elle.